DSC07600

Aujourd'hui a été inauguré à Péronne, près de l'Historial de la Grande Guerre, le jardin du 6e continent, conçu par l'artiste Gilles Clément.

http://www.somme.fr/agenda/inauguration-du-jardin-du-6eme-continent.html

A.Brieudes, collègue d'Arts plastiques qui travaille aussi au service éducatif de l'Historial, m'avait demandé de participer à cet événement en préparant des élèves de 3e à la conférence de presse.

 

DSC_0242

Dans un premier temps, j'ai interrogé les 8 élèves pour savoir s'ils savaient ce qu'était une conférence de presse. Coupe du monde oblige, celle organisée pour présenter l'équipe de France avait retenu leur attention et ils connaissaient aussi celle de la Présidence de la République...Grâce à ma soeur Pauline, journaliste au Petit Quotidien, j'ai pu leur expliquer en quoi consistait ce rendez-vous. Cette étape nous a pris une heure.

Nous avons ensuite attaqué la préparation proprement dite. De nombreuses compétences sont alors mises en oeuvre : diversifier les sources, vérifier leur validité, prendre des notes, relever les idées essentielles, s'organiser et travailler en groupe, rédiger correctement.

Nous avons constitué 4 groupes chargés chacun de se renseigner sur un thème précis : Gilles Clément, ses oeuvres, les officiels présents, le 6e continent. Un dossier de recherche a été constitué avec les informations trouvées par chacun. Il a fallu près de 3 heures pour aboutir au dossier final.

Dans un dernier temps, nous avons lu le dossier de presse et fait émerger les questions que les élèves souhaitaient poser à l'artiste. Je m'étais mise d'accord avec Naïma Aboubaker (chargée de mission culture et éducation au Conseil Général de la Somme, notre interlocutrice privilégiée et cheville ouvrière de cette journée ) pour que les élèves puissent poser leurs questions en premier. Il est toujours très difficile pour un collégien d'improviser si sa question a déjà été posée...Nous avons donc eu carte blanche pour poser 5 questions à Gilles Clément.

DSC07542

Les voici avec les notes que j'ai tentées de prendre pour les réponses de Gilles Clément :

1- Le 6e continent est une commande. Quel était le cahier des charges ? Connaissez-vous les lieux ? Comment votre idée a-t-elle évolué ?

"Je ne connaissais pas les lieux. La commande était clairement formulée : l'oeuvre devait se situer devant l'Historial, en lien avec lui et le Centenaire. J'ai fait le tour de la région des cimetières aux alentours et je me suis posé la question : que faire en rapport avec cette guerre ? Ce lieu est particulier car l'étang est comme une bulle, le paysage est clos, contrairement aux grands champs de bataille."

2- A notre âge, aviez-vous déjà un projet d'orientation ? Saviez-vous que vous vouliez être paysagiste ?

"C'est en seconde le professeur de Sciences Naturelles m'a dit qu'il existait un métier, paysagiste.J'ai fait des études d'ingénieur et je me suis mis à travailler à partir du moment où je savais où j'allais."

3- Nous avons étudié cette année l'art engagé et les artistes Boltansky, JR et Ernest Pignon-Ernest. Vous considérez-vous comme un artiste engagé ? Quelle est la cause qui vous tient le plus à coeur ?

Très touché d'être comparé à ces artistes... " Comme paysagiste, on n'est pas considéré comme des artistes même s'il y a une dimension artistique. Ce sont les autres qui décident si on est artiste. Après mes études, j'ai désappris les choses apprises : cela ne correspondait pas à quoi j'aspirais, au maintien de la vie. On me parlait de destruction, de produits alors que je voulais préserver la diversité. Quand on s'engage, on glisse forcément vers une dimension politique. Je ne veux pas aller dans le système de la seule consommation, qui détruit."

4- Nous avons découvert qu'il existe dans l'Atlantique, un 7e continent de déchets. Comptez-vous vous en inspirer pour un nouveau projet ? 

"Le 7e continent, c'est grave. Quand j'ai choisi le titre du 6e continent, je savais que cela se référait aux déchets plastiques. Quand on voyage en cargo, ce que j'ai fait un mois, pour la traversée de l'Atlantique, on voit  ce rassemblement de plastiques. Cela se voit à l'oeil nu. L'eau d'une bouteille est une eau tombée, évaporée, qui a déjà été bue avant nous. Nous nageons tous dans la même eau. Pour le 6e continent, c'est pareil, nous sommes tous des jardiniers, des citoyens du monde."

5- Nous avons lu dans le journal Le Monde du 28 mai 2014, que vous aviez contribué à l'expertise du jardin Pamplemousse sur l'île Maurice. Allez-vous participer au projet de rénovation ?

"Malheureusement, non. Ce jardin est basé sur un modèle économique, le monopole des épices.Plusieurs paysages se sont succédés sur cette île. Maurice a cherché son autonomie en cultivant la canne à sucre qui a envahi tous les terrains. Puis, on a inventé une machine à broyer les cannes et on a gagné des terres. On a mis en friche quand la culture n'a plus été intéressante mais on a taxé les friches car elles n'étaient soi-disant pas favorables au tourisme, alors qu'elles sont des lieux d'accueil de la diversité. Maintenant, on est au 5e paysage, traité au désherbant, pour le plus grand malheur des espèces endémiques. Ce sont aussi les lois qui modifient les paysages...."

DSC07546

 

 

 

 

 

Les élèves avaient préparé une question pour Christian Manable, président du Conseil Général de la Somme : dans un pays où le chômage et la crise règnent, pourquoi est-ce important pour vous de subventionner la culture ?

"Je suis convaincu que l'absence de culture coûterait plus cher ! Elle permet le lien social, d'élever les esprits, c'est un moyen de tendre vers l'excellence. Pour l'Etat et les collectivités territoriales, la culture et le sport font partie des variables d'ajustement mais c'est un mauvais calcul. Le sport favorise le vivre ensemble, rassemble des gens différents."

DSC07550

DSC07592

Cinq élèves, accompagnés de H.Brieudes, collègue d'Arts Plastiques, sont ensuite allés planter 5 espèces végétales sur l'île. Florine a même été interviewée par France3 Picardie ! 

 

 

 

DSC07596

 

 

 

 

 

DSC07604

Tout le monde a ensuite été convié à l'apéritif et au buffet dans l'espace Mac Orlan. Les jeunes n'en sont pas revenus de pouvoir déjeuner en si bonne compagnie et ont apprécié les petits fours !! Nous avons même eu l'honneur de discuter avec M. le Recteur !

 

 

 

 

DSC07606

DSC07607

Pour le goûter, nos cuisiniers préférés offraient un succulent jus de fruits maison

 

 

 

 

 

 

DSC07614

 

DSC07624

Dernier rendez-vous important dans cette folle journée : la mise à l'eau de "La Méduse au radeau". Cette création a été réalisée dans le cadre de l'atelier de pratique artistique sculpture et les élèves de l'atelier Habitat de la section SEGPA.

Et victoire ! Le radeau flotte !! 

 

 

Pas eu le courage de rester pour les festivités noctures, pourtant le programme était alléchant !

Une superbe journée ensoleillée, des élèves motivés et intéressés, des chefs et des collègues présents : un très bon moment pour clôturer une année bien remplie !!