salon2016

SALON DU LIVRE DE PERONNE 2016

Thèmes : la nature et l'environnement.

Axe central pour le CDI : les chevaux.

Rencontre de l'atelier "en selle !" avec Charlotte Bousquet et exposition des travaux des élèves (autour essentiellement du livre "A l'oreille d'Atlas"). Présence de poneys à l'extérieur avec un petit jeu : combien pèse le poney ?

Une semaine déjà...

Retour sur un des moments forts de l'année.

 

 

D'abord, dans la tradition, il y a le déguisement : cette année, c'est Dolorès qui s'est chargée de me le fournir avec explications détaillées à la clé. Je portais donc la tenue d'un cavalier australien, avec le grand manteau protecteur, qui s'attache aux jambes et s'ouvre à l'arrière. (ah, mais j'ai bien retenu ma leçon !!)

DSC_0677

Côté emplacement, on est toujours placé à peu près au même endroit, près des stands des copains, Eglantine et Jean Marc. Mais pour la 2e année consécutive, nous nous retrouvons entre filles....

Et il semble que cela risque de durer. Tu nous manques, Jean-Marc ! Tu veux que je t'accorde l'asile culturel ?

 

 

 

 

 

DSC_0674

DSC_0675

DSC_0676

 

 

 

 

 

 

 

 

Un salon riche en émotions.

J'ai beaucoup ri cette année ...

- En entendant une enfant pleurer car très déçue de ne pas avoir vu le père Noël (véridique !)

- En faisant réviser les dates repères à Florentin dimanche midi pour cause de brevet blanc dans la semaine qui suit (1916, armistice, euh, je ris ou je pleure ?) 

- Quand Alix s'impatiente avant d'aller au pestacle

- Quand Maxime se décrète pour le 1542456e fois meilleur vendeur (sacré Maxime, il voulait s'inscrire pour venir vendre au salon dès le mois de septembre !)

- Quand Dolorès m'annonce très sérieusement qu'elle veut faire entrer les 2 poneys dans l'espace Mac Orlan pour l'annonce des résultats du jeu de la pesée et qu'elle veut leur apprendre à réagir aux applaudissements. Son enthousiasme est communicatif ! (Au fait, Unique pesait 240 kg !)

hugo

- Quand Charlotte Bousquet se transforme en Victor Hugo (j'expliquais qu'on avait drôlement de la chance de pouvoir poser avec un auteur, qu'on ne pourra jamais le faire avec Victor Hugo mais heureusement, on avait Charlotte Bousquet !)

 

 

 

Mon petit coeur sensible s'est serré aussi...

- Quand notre voisin d'en face de "Bulles en stock" repère un élève lecteur, le dernier à rester pour aider au rangement du stand, et fait briller des yeux par un geste généreux.

- Quand un collègue se confie, enfin, et m'explique le pourquoi du comment d'un comportement qui m'avait déçue à l'époque. Leçon du jour : communiquer !! 

- Quand on rogne sur un temps familial (déjà restreint) pour venir nous soutenir. Quoi qu'on en dise, toutes les Mme B. ne se ressemblent pas.

 

Et j'ai papoté, papoté, papoté...

grevet

breal

brisson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Avec Yves Grevet ,de sa femme documentaliste, du métier pas facile en ce moment...

- Avec Jacques Béal, à propos d'Adrienne Bolland et consoeurs. Et un compliment qui fait chaud au coeur !

- Avec Dominique Brisson, de ses romans et de mes élèves.

- Avec des collègues, des retraités, des anciens élèves, des connaissances, des inconnus...

 

Le Salon du livre; c'est aussi des moments de convivialité, autour de douceurs salées et sucrées.

- Les muffins de Camille étaient divins ! Les petits gâteaux de Maria, un régal !

- Deux restos dans le week-end, est-ce bien raisonnable ? Oui, il y a des rendez-vous immuables et des invitations à renouveler !

Alors, on n'attend qu'une seule chose : que ces doux moments aient l'occasion de se répéter, l'année prochaine, à la même époque.

 

Un énorme merci à Sandrine et Christian, les cerveaux, les chevilles ouvrières, les chauffeurs de taxi, les sourires de ce salon.

Merci aussi à tous les collègues qui s'y sont intéressés de près ou de loin.

Et pour finir, je laisse Camille vous raconter avec passion la rencontre des 5A avec Léa Mazé au CDI.

 https://aumilieudeslivres.wordpress.com/2016/01/18/nora-lea-maze-helene-les-trolls-et-moi/